6 façons de bien cadrer un portrait

Si vous vous êtes déjà essayé à la photographie de sujets humains (et je suis presque sûr que c’est le cas !), vous avez dû vous rendre compte que cadrer un portait n’est pas aussi facile qu’on le croit.

Au début, d’ailleurs, on ne fait pas forcément attention à la notion de cadre. On se concentre surtout sur la mise en scène. Éventuellement, on tente des choses originales. Et puis, on reste assez circonspect face au résultat. Quelque chose cloche. La photo ne dégage rien de particulier. Il peut y avoir beaucoup de raisons expliquant cet étrange résultat, comme par exemple le cadrage.

Je propose donc de passer en revue 6 façons de cadrer un portrait, utilisées à la fois en photographie, en peinture, ou au cinéma. L’idée n’est pas ici d’ériger des règles à suivre scrupuleusement, mais plutôt de proposer des modèles auxquels se rattacher quand on est plein d’hésitations.

Bref, parlons un peu technique. 🙂

Comment cadrer un portrait

I. Le portrait en pied (ou plan moyen)

On commence avec le portrait en pied, aussi appelé « plan moyen ». A priori, on pourrait se dire ici qu’il est difficile de se tromper, puisque ce plan consiste à intégrer le sujet de la tête aux pieds. Évidemment, ce n’est pas toujours aussi simple, et il peut être intéressant de prêter attention à quelques détails pour augmenter ses chances de réussir son cliché.

Tout d’abord, le portrait en pied est un plan large. Il donne donc des informations sur le contexte dans lequel se situe le sujet. Pour cette raison, la gestion de l’arrière-plan est primordiale, et constitue certainement la principale difficulté de ce plan. N’hésitez donc pas à vous déplacer dans votre environnement afin de trouver un cadre propice à votre cliché. Le défi, s’il en est, est de faciliter la lecture de l’image en créant du sens entre le sujet et l’endroit où il se trouve.

Un autre détail auquel vous pouvez prêter attention, c’est éventuellement la posture du modèle. Un portrait en pied, ce n’est pas forcément une photo où le sujet est debout et statique.

Plan en pied - Stanley Kubrick
Portrait en pied réalisé dans la rue par Stanley Kubrick, à l’époque où celui-ci travaillait comme photographe.

 

II. Le plan italien

Le plan italien est une variante du plan américain, que nous allons voir juste après. Un peu moins courant peut-être, il coupe le sujet environ à mi-mollet. (Ou juste au-dessus de la chaussure.)

Tout comme le portrait en pied et le plan américain, il laisse beaucoup de place à l’environnement. On l’utilise donc pour situer le sujet dans son contexte.

Plan italien - cadrer un portrait
Le plan italien était particulièrement répandu au cinéma, puis il est peu à peu tombé en désuétude au profit du plan américain. Un exemple ici tiré du film Il était une fois dans l’Ouest.

 

III. Le plan américain (ou 3/4)

Le plan américain est ainsi nommé en raison de l’abondance de son utilisation entre 1910 et 1940 dans les films américains. Il est un peu plus resserré que le portrait en pied, en cela qu’il coupe le sujet à mi-cuisse. On l’appelle parfois aussi le plan 3/4.

Je trouve que ce plan est généralement un excellent compromis entre le portrait en pied et le plan taille. Il met bien en valeur le sujet, tout en laissant de la place à l’environnement ambiant. C’est encore une fois un bon moyen de situer la scène dans un certain contexte.

Cadrer un portrait - Plan américain
Plan américain de Sean Connery en James Bond dans Goldfinger. La classe.

 

IV. Le plan taille

On ressert encore un peu plus la composition sur le sujet. Ici, la coupe se fait, comme son nom l’indique, au niveau de la taille. Sans mauvais jeu de mot, celle-ci peut aussi intervenir quelques centimètres sous la ceinture.

J’attirerai rapidement votre attention sur la gestion des mains. Certains photographes n’aiment pas qu’elles soient coupées, c’est-à-dire qu’on en voit qu’une partie. Personnellement, ça m’est le plus souvent égal. Mais il est vrai que quelquefois, ça peut être dommage et provoquer un effet étrange. Vous pouvez donc vous aider de ce détail pour faire votre coupe juste en dessous des doigts, ou juste au-dessus de la main.

Somme toute, c’est une manière de cadrer un portrait assez courante !

Plan taille
Plan taille tiré du film Django Unchained par Quentin Tarantino.
cadrer-un-portrait-plan-taille-robert-doisneau
Plan taille où apparaît l’illustre Robert Doisneau 🙂

 

V. Le plan poitrine

Le plan poitrine, c’est sans doute celui que l’on se représente immédiatement lorsqu’on parle de portrait. C’est un classique et il met directement en valeur le buste et le visage du sujet.

La coupe est cependant assez délicate à mes yeux. Elle intervient entre l’épaule et le coude, mais pas nécessairement à mi-chemin. Tout dépendra en fait de la morphologie de votre sujet et de sa position. Ce plan permet d’ailleurs, je trouve, une certaine souplesse au niveau du cadrage. (Il y a des plans poitrine plus resserrés que d’autres.)

Mais c’est aussi peut-être ce qui fait sa difficulté : les repères pour effectuer la coupe sont moins évidents que pour les autres portraits qu’on a vus. C’est d’autant plus vrai concernant les femmes, et pour lesquelles il sera préférable d’éviter de faire la coupe au milieu de la poitrine. En effet, pour un rendu plus élégant, mieux vaut effectuer la coupe soit dans le haut de la poitrine, soit dans le bas (ou en-dessous).

Cadrer un portrait - Plan poitrine de Charlie Chaplin
Exemple de plan poitrine avec Charlie Chaplin.
Plan poitrine - Laetitia Casta
Plan poitrine de Laetitia Casta par le Studio Harcourt. La coupe a lieu ici dans le bas de la poitrine. Notez aussi que le modèle est de profil, avec la tête tournée vers l’objectif. C’est une position qui convient généralement très bien aux femmes et permet d’affiner leur silhouette.

 

VI. Le gros plan (et le très gros plan)

À mon avis, pas besoin de vous faire un dessin ! Le gros plan insiste sur un ou des détail(s) du sujet. Il peut être par exemple pratique pour souligner un regard. Selon moi, il n’y a pas lieu non plus de le limiter au visage. Toute partie du corps aux dimensions réduites s’y prêtera très bien, qu’il s’agisse des oreilles, de la bouche, des mains, etc.

Faites simplement attention à la mise au point, surtout si vous photographiez avec une grande profondeur de champ.

Selon le niveau auquel le cadrage est effectué, on parlera aussi, assez arbitrairement de gros plan ou de très gros plan.

Cadrer un portrait - Gros plan
Gros plan sur Vincent Cassel dans Juste la fin du monde de Xavier Dolan. Le gros plan sur le visage avec la main floutée en arrière-plan fonctionne vraiment très bien !

 

Pour résumer, les 6 façons de cadrer un portrait :

  • Le portrait en pied (ou plan moyen) : Le sujet apparaît de la tête aux pieds.
  • Le plan italien : De la tête à la cheville, ou de la tête à mi-mollet. (Seuls les pieds sont coupés.)
  • Le plan américain : De la tête à mi-cuisse.
  • Le plan taille : De la tête à la taille, c’est-à-dire que la coupe se produit quelques centimètres sous le niveau de la ceinture. (Éventuellement, faire attention à ne pas couper le bout des mains.)
  • Le plan poitrine : On coupe le sujet entre l’épaule et le coude, au niveau de la poitrine. (Pour les femmes, privilégier une coupe dans le haut ou le bas de la poitrine.)
  • Le gros plan (et le très gros plan) : On cherche à capturer des détails. Rapprochez-vous. 🙂
 cadrer-un-portrait-résumé

 

Pour finir, j’insiste bien sur le fait que ces manières de cadrer un portrait n’ont pas besoin d’être toujours suivies à la lettre. Personnellement, elles m’aident surtout à comprendre ce que je cherche quand je réalise un portrait.

En effet, souvent, la première question que je me pose, c’est au sujet de la place que je souhaite laisser à l’environnement. Partant de là, je choisis entre un plan rapproché ou plutôt éloigné. Ensuite, je me sers des repères dont je vous ai parlé pour m’aiguiller lors du cadrage.

Mais il n’y a pas lieu de se formaliser pour autant. N’hésitez pas à faire des entorses à ces façons classiques de cadrer un portrait. (On s’en porte également très bien ! 🙂 )

 

Geoffrey Humbert

Je m'intéresse à la photographie depuis quelques mois, et j'ai décidé de créer ce blog pour partager ce que j'apprends, ainsi que ce qui m'enthousiasme. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *